Origine et signification de Saint-Pierre-de-la-Rivière-du-Sud

La rivière du Sud, qui a donné son nom, en partie, à cette municipalité de la Côte-du-Sud, dans la région de Montmagny, contribue à la fertilité des terres de la partie nord du territoire. Les rivières Morigeau, des Poitras et le ruisseau de la Blague constituent les principaux éléments du réseau hydrographique de cette entité située entre Montmagny et Saint-François-de-la-Rivière-du-Sud. Au cours de 1696, un certain Lecolombier s'installe sur le territoire, mais n'y demeure que très peu de temps. C'est surtout au début du XVIIIe siècle que la colonisation de l'endroit s'effectuera avec la construction d'une chapelle en 1713 au nord de la rivière du Sud, grâce au don d'un terrain par Pierre Blanchet effectué en 1709 et dont la générosité sera prolongée par sa veuve, Marianne Fournier (1713) et son fils Jean en 1716 qui remettront de substantielles donations. Les prêtres de Saint-Thomas desserviront l'endroit couramment désigné de manière abrégée comme Saint-Pierre-du-Sud à la fin du Régime français. Un curé s'installe en ces lieux à partir de 1751, année de la pose de la première pierre de l'église. La reconnaissance des pionniers ne pouvait mieux s'exprimer qu'en plaçant la paroisse, dont les limites ont été fixées en 1722 et qui a été canoniquement érigée en 1848, sous la protection de saint Pierre en l'honneur de Pierre Blanchet. La situation géographique de celle-ci, implantée dans la seigneurie de la Rivière-du-Sud, concédée à Charles Huault de Montmagny en 1646, justifie le choix du spécificatif Rivière-du-Sud. La municipalité homonyme, créée en 1845, englobait les limites de la paroisse de Saint-Pierre-de-la-Rivière-du-Sud. Abolie en 1847, elle devait faire place à une municipalité de paroisse huit ans plus tard. Le bureau de poste, établi en 1852, porte le nom de Saint-Pierre-Montmagny. Les Saint-Pierrois ont vu leur quiétude troublée en 1776, alors que s'est déroulée en ces lieux une bataille mémorable entre les Américains et les Canadiens.

Source : Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.